partager cet article du blog de L214

Du 21 au 23 octobre, une délégation de L214 a tenu un stand au salon Artemisia Zen & bio à Marseille. Cet évènement en tant qu'exposant a été riche en rencontres avec des personnes de tous horizons. Des militants de l'Association Végétarienne de France à Marseille et du nouveau collectif marseillais ALARM étaient venus participer à la table d'information, et ont pu ainsi nouer de nouveaux contacts afin de relayer, entre autre, les campagnes de L214 sur Marseille et sa région.

Les articles proposés sur le stand ont été fort appréciés, en particulier les t-shirts qui ont eu un grand succès ! Tout comme à Mers-les-Bains, nous avons eu nous aussi notre visiteur (qui était aussi un exposant) traitant les pro-végétarisme d'extrémistes, ainsi qu'un pêcheur affirmant qu'il ne changerait pas mais qu'il était quand même « d'accord avec nous ».

Dans l'ensemble, la participation à ce salon a été très positive, d'autant plus que L214 était la seule association de défense animale parmi les exposants.

Les sans-voix ont donc pu être représentés ce week-end à Marseille !


Festival Coeur de Faune

  • Article du Jeudi 13 octobre 2011

partager cet article du blog de L214

Comme chaque année, L214 était présent le premier week-end du mois d'Octobre au Festival Coeur de Faune organisé à Mers-les-Bains (Picardie).

Martial et Virginie, merci à tous les deux !, ont représenté l'association les 1er et 2 Octobre 2011 à l'occasion de cette manifestation dédiée à la protection animale et à la vie au naturel.

« C'est toujours un immense plaisir de se retrouver entre personnes qui partagent les mêmes valeurs et idéal.

La 4e édition n'a pas dérogé à la règle avec des représentants d'associations diverses et variées (International Campaigns, CRAC, Alliance Anti Corrida, One Voice, Fourrure Torture, etc...).

De notre côté, nous avons défendu avec conviction les centaines de millions d'animaux détenus dans les élevages de notre pays auprès d'un public intergénérationnel demandeur d'informations sur le sujet.

Celui-ci n'avait d'ailleurs que l'embarras du choix en matière de supports afin d'assouvir sa curiosité.

Même s'il faut reconnaître une légère baisse de fréquentation par rapport à l'année précédente, liée sans doute à la météo inhabituellement estivale et à la proximité de la plage, davantage propice au farniente qu'à la mobilisation citoyenne.

Malgré cet aléa et les propos outranciers d'un visiteur qualifiant le combat contre le foie gras d'extrémiste (ce qui ne l'a pas empêché de se déclarer opposé à l'élevage intensif des poules pondeuses, cherchez l'erreur), le bilan demeure positif comme à l'accoutumée avec pas mal de signatures recueillies et des documents écoulés en nombre.

Martial Mouqueron

Relais dans la Somme pour L214 »


Festival de l'Inde

  • Article du Vendredi 15 juillet 2011

partager cet article du blog de L214

Le festival de l’Inde organisé depuis 20 ans par Jean-Claude Emeriau du Centre Culturel Bhaktivedanta a attiré encore plus de monde cette année et 5000 assiettes végétariennes ont été offertes gratuitement. C’est une grande fête qui rassemble les communautés indiennes, mauriciennes, tamoules, bengalis et bien sûr beaucoup de français autour d’un défilé magnifiquement coloré et musical, le Rathayatra.

Sur la Place du Bellay se tiennent toute la journée des stands divers de produits et de littérature indienne tandis que sur l’immense scène se succèdent chants, danses et discours. Juste à côté le magnifique stand du CRAC de Manu et Animavie avec son grand écran diffusant des vidéos montrant l’abomination des corridas attirait comme d’habitude des centaines de visiteurs. Venaient ensuite les stands de VegMag, de l’Association Végétarienne de France et du Collectif de Libération Animale de Montpellier (représentant One Voice, L214, Droits des Animaux et Réseau Anti-spéciste). En face de nous, le stand de René avec ses superbes affiches sur le végétarisme.

Une cinquantaine de militants de diverses associations sont venus nous rejoindre, l’évènement ayant été annoncé sur divers sites et sur Facebook. Luce Lapin, porte parole du CRAC Europe (Comité Radicalement anti Corrida pour la Protection de l'Enfance) et journaliste à Charlie Hebdo, avait aussi invité ses lecteurs dans sa rubrique hebdomadaire.

Plus de 2000 tracts ont été pris par les personnes amassées autour des stands, en particulier lors du retour de la parade. Les organisateurs du festival ont invité Joëlle du CLAM sur scène où elle a pu parler du végétarisme et de la défense des droits des animaux ainsi que de leur place dans la civilisation indienne où encore maintenant plus 50% de la population est végétarienne, la seule culture au monde à considérer que "tuer un animal équivaut au meurtre de son propre fils" et que "celui qui mange de la viande est le plus vil des êtres humains" (citation du Mahabharata).

Un très grand nombre de participants du festival sont venus nous dire combien ils étaient heureux de notre présence et certains voulaient eux aussi devenir actifs pour la cause animale.

Joëlle

du CLAM


Coin lecture

  • Article du Lundi 11 juillet 2011

partager cet article du blog de L214

Voici quelques suggestions de lecture en ce début juillet.

=> Une critique de l’Apologie du carnivore de Dominique Lestel par Pierre Sigler, à déguster sur le site des Cahiers antispécistes.

Lire l’article de Pierre Sigler

=> Cinq articles parus dans le n°48 du Monde des religions à acheter en kiosque ou consulter en ligne :

- Une Interview de Marcela Iacub, auteur de Confessions d’une mangeuse de viande (disponible sur la boutique de L214)

Lire l’interview de M. Iacub

- Un dossier de 4 articles sur les animaux dans les traditions spirituelles, dont une interview de Florence Burgat. Pour accéder gratuitement à ces articles, il suffit de s’enregistrer sur le site de la revue.

Accéder au site du Monde des religions

=> Un article de David Olivier publié sur le blog de l’Initiative citoyenne pour les droits des végétariens. Manger des animaux sera-t-il bientôt une obligation légale dans la restauration collective publique ?

Lire l’article paru sur le blog ICDV


A Paris, au carrefour de la campagne !

  • Article du Vendredi 10 juin 2011

partager cet article du blog de L214

Le passage de la campagne 'poules pondeuses' à Paris aura été une étape particulièrement importante.



Jeudi matin, plus d'une quinzaine de militants se sont succédés pour faire signer les cartes-pétitions devant le centre commercial Italie V2. Ce sont ainsi presque 600 cartes qui ont été collectées en quelques heures. Il est plus difficile d'approcher le public pressé et souvent très sollicité dans les rues de Paris que dans les autres villes de France, il est donc remarquable d'avoir pu amasser un si grand nombre de cartes en peu de temps. Mille mercis à toutes celles et tous ceux qui ont rendu possible cette belle performance.



France 3 Île-de-France et Neoplanète sont venus immortaliser ce passage.



Une délégation de L214 a été ensuite été reçue par le directeur du Carrefour du centre commercial. Un argumentaire avait été préparé par le siège de Carrefour, argumentaire auquel nous avons pris le temps de répondre, point par point.



Le lendemain, nous avions prévu d'aller directement devant le siège de la chaîne de distribution à Boulogne-Billancourt pour informer et sensibiliser les employés travaillant auprès de la direction. L'annonce de cette opération a vraisemblablement précipité les choses puisque nous avons été contactés pour venir rencontrer le directeur qualité du groupe Carrefour ainsi que la personne en charge du dossier « bien-être animal » sur les filières qualité de l'enseigne !

Nous avons maintenu l'opération devant le siège de Carrefour et une délégation de L214 a donc parallèlement été reçue par les personnes annoncées. Ce premier contact a été très instructif et devrait conduire à l'avenir à un échange que nous espérons fructueux. L'équipe présente devant le siège a pu se rendre visible auprès des personnes de la direction, et du directeur général du Groupe Carrefour en personne.


À ce jour, Carrefour France (contrairement à ce qui s'est déjà passé pour Carrefour Belgique), n'a pas pour objectif de retirer les œufs de batterie de ses rayons, pas même les œufs vendus sous sa marque. Pouvoir d'achat et choix du consommateur sont les arguments essentiels mis en avant, deux point que nous avons absolument contestés. Nous espérons que la question du retrait des œufs de batterie sera sérieusement reconsidérée par l'enseigne.


À nous de faire comprendre à Carrefour, et aux autres enseignes, que l'abandon de l'élevage en batterie des poules pondeuses est inéluctable et que, plus tôt elles prendront une décision pour anticiper cette évolution, moins elles perdront de plumes sur leur image de marque...


La campagne 'poules pondeuses' de L214 est à un tournant. Nous allons dresser le bilan de cette première phase et déterminer les prochaines étapes. Nous n'arrêterons pas avant d'avoir eu gain de cause.


Nous comptons sur vous pour qu'ensemble nous puissions enfin obtenir, en France aussi, de belles victoires pour les animaux.







Dernière étape avant Paris

  • Article du Jeudi 9 juin 2011

partager cet article du blog de L214

C'est place René Goblet à Amiens que nous avions rendez-vous aujourd'hui, avant de clôturer à Paris ce premier semestre de campagne au sujet des poules pondeuses. Nous avions cette fois-ci sollicité l'autorisation de la mairie pour installer une tonnelle, une table d'information et des banderoles.

Avec l'aide précieuse d'un militant courageux (pour être resté déguisé en poule plusieurs heures enfermé au soleil dans une cage) et d'une militante particulièrement efficace (plus de 100 signatures récoltées toute seule !), nous avions près de 250 cartes à remettre au magasin Carrefour que nous avions ciblé.

Nous avons pu nous rendre dans le rayon œuf accompagné par une équipe de France 3 Picardie qui nous suivait depuis le début de l'action et discuter longuement avec plusieurs responsables du magasin, qui se sont engagés à transmettre nos revendications à leur hiérarchie.

À noter qu'un article dans la presse écrite régionale devrait aussi faire état de notre étape à Amiens suite au passage d'un journaliste du Courrier Picard.


Etape clef au siège d'Auchan à Lille

  • Article du Mardi 7 juin 2011

partager cet article du blog de L214

Malgré une météo annoncée pluvieuse, Lille nous a réservé un accueil bien au sec et une belle moisson de signatures avec plus de 450 cartes récoltées dans la matinée, à ajouter aux 150 déjà signées lors d'une opération précédente de l'association VegNord. Nous étions jusqu'à 8 personnes pour informer les passants sur les conditions d'élevage des poules pondeuses et animer cette action avec notre déguisement de poule et nos nouvelles body TV, nous permettant de diffuser des images en direct sur une télévision aux passants.


Le journal Nord Eclair s'est déplacé pour venir nous rencontrer. Lire l'article Les poules pondeuses « méritent aussi qu'on s'intéresse à leur sort ».



Nous sommes ensuite allés remettre nos cartes au siège de Auchan à Villeneuve d'Ascq. Sans rendez-vous (malgré plusieurs relances) nous avons obtenu une courte entrevue avec la personne responsable des achats crèmerie pour la France. Nous lui avons remis nos cartes et avons exposé nos revendications. Un premier pas qui va nous amener à rencontrer d'autres responsables des sièges des grandes surfaces françaises pour faire le point sur ces 6 premiers mois de campagne poules pondeuses.



Merci une nouvelle fois aux militants locaux qui nous ont aidés lors de cette date.





Belle rincée dans la ville de Reims

  • Article du Lundi 6 juin 2011

partager cet article du blog de L214

Première date de la tournée poules pondeuses dans le nord de la France, Reims nous a réservé une accalmie suffisante pour faire signer un peu plus de 150 cartes avant de devoir remballer en catastrophe sous une pluie battante un peu avant 14h. Cette semaine, la tournée passera également par Lille, Amiens et Paris.



De nombreux médias ont fait le déplacement. La locale de France 3 qui a organisé son journal autour de notre action, France Bleu, l'Union et L'hebdomadaire du vendredi. Le journaliste de France 3 s'est pris au jeu en entrant dans notre nouvelle cage pour aller interviewer la poule.



Nous sommes ensuite allés remettre les cartes dans un Leclerc. Après un accueil assez froid, un représentant de L214 a pu entrer et aller s'entretenir avec le directeur de l'hypermarché qui a écouté avec attention les arguments exposés. Aucune promesse d'engagement pour le moment mais une intervention qui ne sera pas passée inaperçue et qui sera sûrement une occasion de plus pour la direction de comprendre que la question animale doit être prise en compte dans les choix commerciaux d'une enseigne.



Merci aux militantes qui sont venues prêtées main forte à l'équipe de tournée. Sans relais locaux, pas de tour possible !






Paure Brau!

  • Article du Lundi 16 mai 2011

partager cet article du blog de L214

A las molhèrs de Tolosa.

Maurèl coma’n jaiet, uèlh lusent, pel sedós,

Les nasics alandats, las còrnas folejairas,

Dintrèt, tal un lambret, demest les matadors

Flocats, del cap als pès, de colors lugrejairas.

E, s’arrestant còp sec, brandisquèt le moscalh,

Cabussegèt un chic en gaitant les badaires,

Puèi polsèt un braulhet enrabiat e secalh,

Que me torrèt la sang e tremolèt les aires.

“Ont som? qué me volètz? semblava dire’l brau?

“Son nascut per laurar, viure al sen del campèstre,

“E me tròbi tancat, sens pariu, dins un trau’,

“Per grépia’l ponchador, le mataire per mèstre!”

Dus chavals annadits, suls uèlhs un tampador,

L’esquinal ondrejat d’un matatruc picaire,

Damòran, arrucats dins le rond sagnador,

Que le taure en tumant les espanse, pecaire!

Forratejat per l’un, per l’autre entrequejat,

Le brau, estabosit, gimba de cada caire,

Mentre que le moret, vint còps cornassejat,

Dins un nilhet mortal fa s’adius a son fraire.

L’uèlh clucat per totjorn e le ventre alandat,

De son mor, bardissat de pissam e de bosa,

Sembla lepar la sang que son còs a rajat!

E venes gaitar ‘quò, Tu! molhèr de Tolosa!

Le fardoès, ranquejant e arrossegant le bast,

Laissa le taure sol tumar mantèls e velas,

S’entemenar’ls anquièrs, las patèlas a l’ast,

En braulhant de malor, de bistòrt las cirvèlas.

Es ragent de susor, de sang, e ça que la

Fa fúger sos borrèus, amb el venguts d’Espanha;

Un sol, mascarat d’òr, que vòl pas recular,

Es perçat pel pansilh e sougatit sens canha.

Tomba sens ben ni mal... e patan de las mans!

Le brau lèva le cap e quetejant, escota:

Perqué tot aquel brut, se demanda’l pauràs?

I comprenes pas res? ieu tanpauc, l’ase fota!

Chut! sonan a matar! le taure’s afalcat,

Fonhariátz un coget al fons de sa nasica;

Ronfla coma’n pissòl de font engargassat

E brandís les inquets en ausint la musica.

Le mataire, polit coma’n rei de carton,

Saganha sens pietat, puèi mata le romiaire,

Que biroleja’n pauc en braulhant de malor,

Pèi pèrnabat, sagnós, les quatre fèrs en l’aire,

L’uèlh clucat per totjorn e l’espic alandat,

De son mor, bardissat de pissam e de bosa,

Lepa, tanben, la sang que son còs a rajat!...

E pòdes gaitar ‘quò, Tu! molhèr de Tolosa.


Pauvre Taureau

  • Article du Lundi 16 mai 2011

partager cet article du blog de L214

Aux femmes de Toulouse.

Noir comme du jais, œil luisant, poil soyeux, les naseaux ouverts,

les cornes en mouvement, il pénétra, leste comme un éclair, parmi

les matadors, resplendissants, de la tête aux pieds, des plus vives

couleurs.

En s’arrêtant soudain, agitant la queue il secoua la tête en

regardant les spectateurs, puis il poussa un beuglement furieux et

sec qui figea mon sang et fit trembler les airs.

« Où suis-je ? que me veut-on ? semblait dire le taureau. Je suis

né pour labourer, vivre au milieu des champs, et me voici enfermé,

seul, pour crèche l’aiguillon, le matador pour bouvier ! »

Deux vieux chevaux, les yeux bandés, le dos orné d’un pesant

picador, attendent, rapetissés, dans le cylindrique abattoir, que le

taureau les éventre, hélas

Piqué par l’un, par l’autre excité, le taureau, étonné, bondit de

tout côté, cependant que le cheval noir, vingt fois blessé, dans un

hennissement mortel fait ses adieux à son frère.

L’œil fermé pour toujours et le ventre grand ouvert de son museau,

badigeonné d’urine et de crotte, il semble lécher le sang qui a coulé

de son corps !

Et tu viens regarder cela, Toi ! femme de Toulouse !...

Le cheval rouant, boitant trainant la selle, laisse le taureau seul,

contre les mantelets et les capes, s’entamer les hanches et les épaules

aux piques, en beuglant de douleur, les cervelles à l’envers.

Il est mouillé de sueur, de sang, et cependant il fait fuir ses

bourreaux, avec lui venus d’Espagne ; un seul, chamarré d’or, qui

ne veut point reculer, est saisi par l’abdomen et secoué sans flegme.

Il tombe tel quel... et l’on applaudit

Le taureau lève la tête et agite la queue: pourquoi tout ce bruit, se

demande la pauvre bête ? Tu n’y comprends rien ? moi non plus

fichtre !

Chut ! on sonne à mort ! le taureau est épuisé ; vous fourreriez

une gourde au fond de ses naseaux ; il souffle comme un tuyau de

fontaine embarrassé et secoue les harpons en écoutant le clairon.

Le matador, beau comme un roi de carton ; taquine sans pitié,

puis saigne le ruminant, qui pirouette un instant en beuglant de

douleur, puis se débat sanglant, les quatre fers en l’air.

L’œil fermé pour toujours et le garrot ouvert, de son mufle,

badigeonné d’urine et de bouse, il lèche, aussi, le sang qui a coulé

de son corps !

Et tu peux regarder cela, Toi ! femme de Toulouse !...


Passage du tour à Metz

  • Article du Mardi 10 mai 2011

partager cet article du blog de L214

Nous étions 6 à sensibiliser les passants au sort des poules pondeuses en plein centre ville de Metz. Yvonne, Marjorie, Christelle, Nelly et Virginie formaient une équipe dynamique, motivée à faire parler des animaux.

Aujourd'hui, l'étape s'est déroulée sous un soleil pétant : de quoi souligner qu'on avait la chance de se balader au soleil tandis que les poules pondeuses maintenues dans les cages n'auraient jamais cette occasion. L'accueil des messin(ne)s a été chaleureux, les questions intéressées et nous avons eu de nombreux encouragements à continuer.

Quelques heures plus tard, les 250 cartes signées ont été remises à la direction du magasin Cora de Moulins les Metz. Nous sommes allées aux rayons oeufs, avons discuté de la question des prix, disponibilité des produits mais surtout des conditions de vie des poules pondeuses et des autres animaux élevés à des fins alimentaires.

Pendant ce temps des personnes continuaient de signer !

Les médias n'ont pas été en reste et c'est ainsi que Mirabelle TV, France 3, le Républicain Lorrain et France Bleu Lorraine Nord ont suivi cette action.

Action pour les poules pondeuses à Metz

Action pour les poules pondeuses à Metz

Action pour les poules pondeuses à Metz



partager cet article du blog de L214

Grâce à l'aide de plusieurs membres de l'association Animalsace, nous avons fait signer à Strasbourg, rue des Grandes Arcades, plus de 300 cartes demandant le retrait des œufs code 3 des grandes surfaces, auxquelles sont venues s'ajouter environ 250 signatures récoltées au même endroit quelques jours plus tôt.

C'est donc les voix de plus de 550 consommateurs que nous avons portées au directeur du magasin Auchan Hautepierre, qui nous a fait part, au cours d'un long entretien, de quelques démarches déjà engagées par la chaine afin d'envisager la fin de la commercialisation de ces œufs.

Une fois de plus notre journée d'action a été suivie par France 3 et les Dernières nouvelles d'Alsace.

Retrouvez-nous à présent, pour cette tournée dans l'Est, à Metz mardi 10 mai et Nancy le 31 mai !


Record absolu de signatures à Mulhouse

  • Article du Jeudi 5 mai 2011

partager cet article du blog de L214

Nouveau record de cartes signées lors de notre passage à Mulhouse. 500 cartes ont été récoltées en 3 heures de temps dans le centre de la ville grace à une équipe de militants motivés qui a compté jusqu'à 12 personnes au total. Une collecte précédente a permis d'amasser au total plus de 750 cartes, une jolie pile !



Les médias ont été au rendez-vous avec France3 Mulhouse, radio Nostalgie, Les Dernières Nouvelles d'Alsace et le journal L'Alsace qui est venu nous retrouver ensuite au supermarché pour la remise des cartes, tout comme le représentant du site local mon mulhouse bio.



Refus catégorique de la part de la sécurité du magasin de nous laisser rentrer dans le magasin Super U que nous avions pourtant avertis à l'avance et par courrier de notre passage, cela malgré la présence de journalistes. Après discussion nous avons pu entrer avec un journaliste pour aller voir le rayon des œufs sans aucun responsable pour nous accueillir et nous accompagner. Comme à chaque fois, nous avons constaté un certain flou dans la présentation du rayon et nous avons également trouvé des œufs code 3 plus chers que les œufs de plein air en conditionnement de boîtes par 6.




Belle journée à Besançon

  • Article du Jeudi 5 mai 2011

partager cet article du blog de L214

C'est un très beau soleil qui nous a accompagné tout au long de cette journée à Besançon. 8 militants se sont relayés pour faire signer en tout plus de 300 cartes en quelques heures. Les personnes venaient à nous et s'arrêtaient volontairement pour donner leur signature, cela suite à l'annonce de notre passage sur France 3 la veille et sur les ondes de France Bleu Besançon le matin même.



Un journaliste de France bleu a fait le déplacement pour réaliser un autre sujet pour les informations du soir. Une interview réalisée le matin même est passée dans la journée sur les ondes de Radio Plein Air, ça ne s'invente pas ! Sujet également traité sur le site Internet de Macommune.info.



Comme toujours de très belles rencontres sur place avec les militants locaux et la possibilité de fédérer des personnes sur la question des animaux au niveau local.



Un accueil chaleureux du responsable de l'Intermarché qui nous a écouté et avec qui nous avons discuté plus de 30 minutes devant le rayon des œufs. Et comme à chaque fois une constatation sur le manque de clarté du rayon et sur les différences de prix quasi inexistantes entre des œufs "aternatifs" et les œufs code 3. Pour exemple nous avons constaté une différence de 2 cts d'Euros/œuf entre une boite de code 3 et les œufs bios de l'enseigne !




La poularde de Dijon

  • Article du Mardi 3 mai 2011

partager cet article du blog de L214

Ce sont 5 militants locaux qui se sont relayés pour faire signer un peu plus de 200 cartes dans les rues piétonnes de Dijon, durant le marché du mardi place François Rude de 11h à 14h en compagnie de notre nouveau compagnon de route, Anthony, qui nous a accompagné depuis Châlon-sur-Saône hier soir sur cette nouvelle date. Le collectif Combactive est également venu nous soutenir et admirer Joris dans le rôle principal de cette matinée : la poule.



Plusieurs médias locaux sont venus couvrir notre campagne : les sites infos-dijon.com, DijonScope et les journaux La Gazette et Le Bien Public.



Bon accueil du responsable du magasin Casino qui a reçu nos cartes et écouté nos revendications avec intérêt. Nous avons pu nous rendre au rayon des œufs en compagnie de l'équipe de journalistes du Bien Public. Détail intéressant, nous avons réalisé avec le responsable du magasin un petit test rapide en prenant au hasard deux boîtes de 6 œufs de même taille dans le rayon, l'une plein air et l'autre issue de cages, la différence de prix était de 3 centimes d'Euros (1,83€ pour le plein air au lieu de 1,80€ pour les codes 3). Sans commentaire !



Rendez-vous demain à Besançon, à 11h place Pasteur.




Cap à l'Est !

  • Article du Lundi 2 mai 2011

partager cet article du blog de L214

Cette première étape de tournée dans l'Est de la France, place de Beaune à Châlon-sur-Saône, nous a réservé quelques surprises.

Une seule personne est venue nous aider et, une fois celle-ci déguisée en poule pour attirer l'attention des passants, nous n'étions plus que deux à récolter des signatures. Nous avons réussi malgré tout à faire signer plus de 120 cartes en deux heures car, une fois de plus, l'accueil que nous ont réservé les passants a été très positif.

Nous sommes allés à la rencontre de l'un des responsables du magasin Carrefour que nous avions ciblé aujourd'hui, accompagnés de journalistes de France 3 pour le 19/20 du 2 mai et France Bleu Bourgogne (pour les informations du 3 mai au matin).

Nous avons pu pointer notamment la responsabilité de l'enseigne, en particulier pour sa marque distributeur (composée essentiellement d'œufs de type code 3), dans le choix des emballages (qui mettent en avant des éléments qualitatifs qui ignorent le bien-être des animaux), et dans la mise en rayon des boîtes, qui ne permet pas aux consommateurs de distinguer clairement qu'existent plusieurs types de production, tenant plus ou moins compte du sort des poules pondeuses.

À noter que nous avons aussi répondu aux questions de journalistes du Journal de Saône-et-Loire et du site infos-chalon.com, qui avait déjà annoncé notre passage.

Rendez-vous demain à Dijon, place François Rude à 11h !


Dernière étape de l'Ouest à Orléans

  • Article du Samedi 9 avril 2011

partager cet article du blog de L214

Cette tournée d'avril s'est donc achevée hier à Orléans, rue de la république, sous un soleil radieux. Nous avons retrouvé 7 militants de la région venus nous rencontrer ou nous aider et grâce à qui nous avons récolté plus de 200 signatures.

Comme souvent sur cette campagne, des journalistes étaient aussi au rendez-vous, pour le journal La République du centre d'une part, mais aussi pour France 3 Orléans.

Nous avons ensuite été reçu par le directeur du magasin Auchan que nous avions ciblé, qui avait soigneusement préparé cet entretien. Un document pour présenter la démarche de l'enseigne concernant les œufs avait été rédigé en vue de notre visite, et toute la gamme alternative au code 3 du magasin nous a été présentée dans le détail. Mais nous n'avons pas manqué de mettre l'accent sur le fait que l'essentiel des ventes, y compris dans ce magasin, se fait sur les œufs code 3, et que le groupe Auchan développe actuellement une gamme d'œufs code 2, issus d'élevages dans des hangars fermés avec les poules au sol par dizaines de milliers (également appelés volières). Ce type d'élevage ne représente actuellement qu'une part infime de la production en France (moins de 5%) et nous refusons de le voir se substituer aux cages, ce que nous n'avons pas manqué de leur faire savoir.

En route pour l'Est du pays maintenant, où nous continuerons cette tournée dès le début du mois de mai.

À très bientôt !


Angers, sur la route de l'Ouest

  • Article du Jeudi 7 avril 2011

partager cet article du blog de L214

Nous avons été jusqu'à 7 personnes aujourd'hui à battre les pavés d'Angers pour faire signer plus de 200 cartes en quelques heures devant le centre commercial Fleur d'eau en centre ville. Encore de belles rencontres et l'espoir peut-être de voir naître un nouveau collectif militant pour les animaux dans la région.

Une journaliste et un cameraman de France 3 Angers ont réalisé des images et une interview autour de notre action, suivis par une journaliste et un photographe du courrier de l'Ouest, toujours très intéressés par les informations que nous leur apportons sur la production et la commercialisation des œufs de poule de batterie.

Passage rapide ensuite dans le Géant Casino où nous avons remis nos cartes avant de parcourir le rayon œufs. Nous y avons une nouvelle fois constaté que malgré l'obligation de mentionner le type d'élevage sur chaque boite, de nombreux éléments rendent l'information difficilement accessible pour les consommateurs. À commencer par les astuces marketing qui permettent aux producteurs de proposer des œufs code 3 dans des emballages à l'aspect «traditionnels» et «fermiers». Mais aussi souvent une mise en rayon qui ajoute à la confusion en ne tenant pas compte des différents types d'élevage de chaque boites d'œufs présentée.

À demain pour le dernier jour de la tournée dans l'Ouest de la France à Orléans


Record à Rennes !

  • Article du Mercredi 6 avril 2011

partager cet article du blog de L214

Plus de 15 personnes sont venues nous prêter main forte place de la République à Rennes pour faire signer environ 550 cartes postales pétitions, nous n'avions jamais fait mieux sur cette tournée !

À cette satisfaction est venu s'ajouter le plaisir de rencontrer à nouveau des militants et militantes de divers horizons, que nous remercions très chaleureusement pour leur participation.

Par ailleurs, les interviews que nous avons accordées aujourd'hui aux journalistes de l'AFP et de Radio RCF Alpha devraient donner plus d'ampleur encore à notre action.

Pour finir nous avons eu une longue entrevue avec le directeur du magasin Carrefour Alma à qui nous avons remis nos cartes postales, et avec lequel nous avons pu évoquer dans le détails de nombreux aspects de notre campagne. Nous espérons aujourd'hui que cette discussion, qui nous a semblé constructive, nous aura permis d'effectuer un petit pas de plus vers l'abandon définitif des cages pour les poules pondeuses...


Une remarquable action collective à Nantes

  • Article du Mardi 5 avril 2011

partager cet article du blog de L214

Aujourd'hui c'est sous un soleil magnifique qu'une dizaine de personnes étaient présentes dans le centre de Nantes pour faire signer au total plus de 250 cartes. Comme d'habitude nous avons reçu un très bon accueil de la part des personnes qui s'arrêtent. À noter que nous avons eu le plaisir de discuter avec plusieurs personnes abonnées à notre lettre d'information qui on fait le déplacement pour venir signer nos cartes et nous rencontrer.

Fait notable aussi, des militants engagés auprès de plusieurs associations telles que Droit Des Animaux (DDA), l'Association Végétarienne de France (AVF), la Protection Mondiale des animaux de Ferme (PMAF) et la SPA nous ont apporté une aide précieuse, nous permettant ainsi de réaliser une belle synergie autour d'un but commun : libérer les poules pondeuses de leurs cages. Nous aurons le plaisir d'ailleurs de retrouver certains d'entre eux demain lors de notre étape de Rennes.

Situation atypique en revanche à l'Intermarché où nous sommes allés remettre les cartes signées. En présence d'un journaliste de Presse Océan, l'employée que nous avons rencontrée lors de notre arrivée n'a pas souhaité réceptionner les documents (cartes pétitions et brochure) que nous sommes venus déposer, nous expliquant que le responsable du magasin était absent. Après nous avoir fait patienter un long moment, et devant notre insistance, un autre employé a accepté de recevoir les cartes et d'en référer à son supérieur. Nous ne lâcherons pas le morceau aussi facilement !


Bel accueil à La Rochelle

  • Article du Lundi 4 avril 2011

partager cet article du blog de L214

Lors de cette première étape de la tournée poules pondeuses dans l'Ouest de la France, c'est sur la bien nommée place de la caille que nous avons choisi de prendre la défense des gallinacées en cages.

Nous y avons reçu un très bon accueil, de la part des militants tout d'abord, peu nombreux mais volontaires et efficaces, grâce à qui nous sommes parvenus à faire signer plus de 150 cartes postales pétitions en moins de 3 heures.

Bon accueil aussi de la part des Rochelais à qui nous nous sommes adressés, qui semblaient particulièrement réceptifs à notre message. Côté médiatique, un photographe du journal Sud-Ouest a immortalisé notre action pour son journal.

Bon accueil enfin du responsable du magasin Leclerc que nous avons ciblé aujourd'hui, qui nous a dit être personnellement favorable à notre démarche. Nous avons pu visiter ensemble le rayon œufs du supermarché, et constater qu'une large gamme «plein air» y est proposée. Cependant, l'essentiel des ventes en volume est réalisée sur les boîtes Repère (marque distributeur) que tous les magasins Leclerc sont tenus de proposer à leurs clients, et qui contiennent des œufs code 3. Il reste donc plus que jamais nécessaire de maintenir la pression pour informer les consommateurs des conditions de production des œufs, particulièrement cruelles, qui leur sont proposés par ces enseignes et pour en appeler à la responsabilité de ces dernières !


Poules pondeuses - lettre aux grandes surfaces

  • Article du Jeudi 24 février 2011

partager cet article du blog de L214

Madame, Monsieur,

Suite à la découverte d'une nouvelle enquête de l'association L214 dans un élevage français de poules pondeuses en batterie, nous sommes de plus en plus nombreux à prendre conscience de l'atrocité des conditions d'élevage des poules pondeuses.

Entassées dans des conditions concentrationnaires, des milliers de poules sont traitées comme de mécaniques machines à pondre. Malheureusement, nous trouvons dans l'enseigne XXXX des œufs provenant de tels élevages, des œufs issus de l'atroce souffrance des poules, emprisonnées dans des cages minuscules où elles ne peuvent satisfaire leurs plus élémentaires besoins, ou parquées dans une promiscuité concentrationnaire.

Avez-vous déjà vu, Madame, Monsieur, une poule évoluer en liberté ? Par nature, une poule ne cesse pas un instant de marcher, de gratter la terre, d'y sélectionner les nourritures qu'elle sait bonnes pour elle. Dix fois par jour une poule étire ses ailes et ses pattes, se roule dans la terre pour se débarrasser de ses parasites. Une poule vit au rythme des saisons et des jours. Le lever du soleil l'invite à descendre de son perchoir où seule la tombée de la nuit la ramènera, car il est inscrit dans les gênes des poules qu'il faut se percher pour dormir. Une poule n'est pas non plus faite pour pondre tout au  long de l'année. Si la durée du jour n'est pas suffisante, son organisme se repose. Les éclairages artificiels des élevages industriels visent à casser totalement ces rythmes naturels pour ne plus faire de ces animaux que des robot à pondre.
 
Les poules sont par ailleurs des mères remarquables. Après avoir été capable de rester 21 jours sur ses œufs, ne s'en éloignant que pour boire et parfois manger un peu, mais jamais très longtemps de crainte qu'ils ne prennent froid, la poule protège quoi qu'il arrive sa progéniture et transmet une véritable culture à ses poussins, leur apprenant à distinguer les nourritures comestibles et celles qui ne le sont pas et autres savoirs essentiels.

Dans les élevages industriels, les poussins mâles sont éliminés de façons des plus brutales, jetés dans des containers, broyés ou électrocutés. Pire peut-être encore est le sort des quelque 40 millions de poulettes arrachées à leur mère et privées de cette éducation primordiale. Leur bec est mutilé afin d'éviter les blessures entre congénères, inévitables dans de telles conditions de promiscuité. Les souffrances en sont terribles. Après une année et quelque 300 œufs pondus « de force » les poulettes  meurtries et prématurément usées sont abattues.

Il n'est pas besoin d'aimer les poules pour trouver ignoble le sort dont sont victimes les pondeuses. Certes les poules ne sont pas des animaux très communicatifs, pas de ceux dont le regard triste peut nous apitoyer. Elles n'expriment pas non plus leur souffrance par des cris déchirants. Elles n'en sont pas moins des êtres sensibles qui vivent dans leur chair le stress et les maltraitances que leur infligent les humains et qui, à l'instar de tous les animaux, méritent notre respect et notre compassion. « Les animaux ne demandent pas qu’on les aime, ils demandent qu’on leur foute la paix » (Théodore Monod). Nulle recherche de profit ne peut justifier l'exploitation d'êtres vivants.

Plusieurs pays ont d'ores et déjà cessé de commercialiser des œufs issus de ces élevages de la honte. En Belgique, Allemagne, Suisse et au Pays-Bas, les supermarchés ne vendent plus d'œufs provenant d'élevages en cage. Coop, le premier distributeur italien les a récemment rejoints.

En tant que dirigeant de XXXX, vous avez le pouvoir de mettre fin à la commercialisation des œufs de poule en cage et au sol (codes 3 et 2) en ne proposant plus que des œufs provenant d’élevage en plein air et d'élevages biologiques (code 1 et 0), incitant ainsi les producteurs d’œufs à se tourner vers ces derniers types d’élevages  plus respectueux des poules pondeuses.

Les consommateurs sont désormais sensibles à l'argument des conditions d'élevage, de même qu'à celui de la qualité du produit. Quelle valeur peuvent avoir des œufs issus de poules stressées, dénaturées, gavées d'antibiotiques souvent « préventifs » ?... Les consommateurs informés sont près à payer leurs œufs un peu plus cher, d'autant que la différence serait minime, certaines enseignes proposant déjà des œufs code 1 et 0 à des prix quasiment identiques à ceux qui sont issus de l'élevage en batterie.

Il n'est pas à douter que consommateurs et distributeurs y trouveraient leur compte, les premiers par la qualité du produit, les seconds par les retombées sur leur enseigne en terme d'image. Et cela marquerait un grand pas dans l'avancée de la condition animale.

En espérant que vous serez sensible à cette démarche, je compte sur vous, Madame, Monsieur, pour prendre une décision éthique et responsable et vous prie de croire à l'expression de ma considération.


Journée ensoleillée à Clermont Ferrand

  • Article du Dimanche 6 février 2011

partager cet article du blog de L214

Clermont Ferrand le 4 février 2011

8 personnes sont venues nous accompagner durant cette nouvelle matinée de signatures de cartes. La Griffe, association locale de défense animale, est venue nous prêter main forte également. Et c'est sous un soleil agréable que nous avons récolté plus de 250 signatures.

Très bon accueil au Carrefour Market dans lequel nous sommes allés remettre les cartes à 15h. Nous avons pu exposer les raisons de notre visite et voir le rayon des oeufs du supermarché. Un rayon "de ville" très fourni en oeufs de type plein air (code 1) et bio (code 0) où les oeufs d'élevages en cages (code 3) occupaient une place minime.

France Bleu avait réalisé son interview la veille par téléphone, ce qui a permis d'annoncer notre venue sur place le matin même. France 3 a également fait le déplacement ainsi que la Montagne.

Cette date marque la fin de cette première étape de la tournée poules pondeuses de L214 qui va parcourir la France durant toute cette année 2011.



partager cet article du blog de L214

La presse n'en a guère parlé. C'est injuste. Quand paraît un livre d'Elisabeth de Fontenay ou de Florence Burgat, les médias s'en font (à juste titre) l'écho. Alors que Françoise Armengaud, qui connaît très bien les travaux des deux premières, et qui comme elles travaille depuis longtemps, en philosophe, sur la question animale n'a apparemment pas inspiré les journalistes. Peut-être un effet de la parution simultanée du livre de Foer, qui lui a eu (tant mieux) une couverture média incroyable. Il ne restait plus de place apparemment pour évoquer l'ouvrage de F. Armengaud qui, il faut bien le reconnaître, est plus difficile à présenter et commenter.

Si on lit la quatrième de couverture (ce à quoi on accède en allant sur les librairies en ligne), on ne se sent pas vraiment éclairé sur le contenu.

C'est que le livre est quasiment impossible à résumer parce que c'est un recueil d'articles écrits à diverses périodes (plusieurs gros articles sont récents) et sur divers thèmes, et que sur chaque thème, le travail de documentation et de réflexion qu'à fait l'auteur est très dense.

Tout ce qu'on peut dire de façon générale , c'est que Françoise Armengaud fait partie des philosophes qui analysent et condamnent le spécisme.
Ce qui ne signifie pas du tout que si vous achetez le livre, vous allez y trouver la redite de ce que vous avez lu ailleurs dans vos écrits favoris sur spécisme ou droits des animaux.

Ces quelques mots de l'introduction de l'ouvrage donnent une idée du fil conducteur de sa réflexion :

<< Une question ma hante, sans cesse répétée : pourquoi la condition faite par les hommes aux animaux est-elle si atroce et impitoyable? ... Pourquoi les humains, a priori pas plus méchants les uns que les autres, ou que d'autres espèces, sont-ils si odieux avec les animaux? Que les humains soient également odieux entre eux n'arrange rien, est simplement à verser au dossier.

... Quelque part un échec (non désigné comme tel dans les traditions éxégétiques) ... nous invite à formuler une question. Pourquoi l'envoyé du Seigneur, qu'on dit être l'archange Gabriel, se montra-t-il si paresseux, négligent, indolent, inattentif, distrait, nonchalant, épuisé, harassé, courbatu, étourdi, qu'il ne se précipita point une seconde fois pour arrêter le bras docile du patriarche afin de protéger aussi le bélier du couteau ? Pourquoi ne sut-il s'aviser de proposer en lieu et place quelque arbuste, fruit ou aromate? La face du Temple en eut été changée, et pas seulement elle.>>

Trois exemples de thèmes traités dans de (gros) articles de ce recueil.

=> "Du sacrifice des animaux, ou comment l'absurde et le cruel se sont parés des plumes de l'intelligible"'. Le point de départ est une réflexion sur un argument parfois opposé au végétarisme : l'affirmation du caractère symbolique et fondateur du sacrifice et du meurtre rituel. Là dessus, F. Armengaud se livre à une enquête sur le sacrifice dans différentes civilisations, sur les interprétations qu'en ont donné les anthropologues, propose elle-même une partition en deux types de sacrifices où les victimes ont des statuts différents (et le sacrifice une signification symbolique différente), et conclut qu'elle n'est pas convaincue que le sacrifice soit l'explication ultime de la violence envers les animaux. Rien ne prouve qu'il soit "fondateur" au sens de nécessaire.

=> "Sur quelques sophismes touchant les droits des animaux". Contient un parcours des divers sophismes conduisant à mépriser les animaux, mais aussi deux passages faisant un point bien documenté sur l'abattage rituel et la corrida.

=> "Anthropomorphisme, vraie question ou faux débat?" Essai dont l'objet est ainsi défini par l'auteur : <<Je voudrais montrer que telle qu'elle est utilisée aujourd'hui dans la plupart des textes et des conversations ou débats, l'accusation d'anthropomorphisme vise essentiellement à porter le discrédit intellectuel sur certaines propositions (et sur les personnes les soutenant) non conforme à l'idéal scientifique en vogue, et allant à l'encontre de la pratique normale de la science et de la pratique normale des affaires. ... Et qui utilise aujourd'hui ce terme? Dans quels discours le trouve-t-on? Là où il y a des résistances à la prise en compte du bien-être animal, dans les revues professionnelles et chez certains zootechniciens.>>

Il y a aussi pas mal d'articles (toujours sur la question des animaux) portant sur des oeuvres philosophiques, littéraires, picturales ou cinématographiques. Faute de culture en la matière, je ne suis pas la lectrice idéale pour les apprécier.
Mais certains sont très instructifs comme ce texte consacré au cochon dans l'Europe médiévale où l'on apprend des choses sur les chrétiens par rapports au juifs et une origine possible de l'invention par les chrétiens du mythe des juifs dévoreurs de petits enfants (chrétiens).

Estiva


Belle étape à Limoges malgré la météo

  • Article du Vendredi 4 février 2011

partager cet article du blog de L214

Limoges le 3 février 2011

Nous avons retrouvé aujourd'hui sur la place Saint-Michel à Limoges plusieurs membres du Collectif limousin d'action militante pour les animaux (CLAMA) ou de la SPA. 7 personnes au total qui ont bravé les conditions climatiques peu favorables (froid et légère pluie) pour nous permettre de recueillir une centaine de signature en un peu plus d'une heure. Nous sommes ensuite allés nous réfugier au sec lorsque la pluie est devenue trop forte !

Le responsable du Carrefour City où nous nous sommes rendus ensuite était absent, alors qu'il avait pourtant confirmé ce matin qu'il nous attendait. Nous avons donc remis nos cartes à l'une des employées du magasin et nous avons visité le rayon des oeufs en présence d'un journaliste de la Montagne.

Plusieurs médias nous ont sollicité aujourd'hui encore : les journaux l'Echo, La Montagne / le Populaire, puis les radios France bleu Limousin (dont le sujet est passé le soir même dès 17h) et Magic la radio (dont le sujet devrait être diffusé demain matin vers 7h30).

Notre dernière étape demain à Clermont-Ferrand sera annoncée sur France Bleu Pays d'Auvergne, à qui nous avons accordé une interview téléphonique aujourd'hui.


Très forte mobilisation à Bordeaux

  • Article du Mercredi 2 février 2011

partager cet article du blog de L214

Bordeaux le 2 février 2011

Une quinzaine de personnes nous ont rejoint aujourd'hui, parmi lesquels des membres du collectif ACTA, mais aussi des adhérents ou sympathisants de L214 dont certains participaient pour la première fois à une action de ce genre (merci à toutes et tous !). Près de 450 cartes pétitions signées sur la place de la Victoire et un accueil toujours aussi positif de la part des personnes interpellées dans la rue.

Nous avons été reçu au Carrefour Market par le responsable du magasin, à qui nous avons parlé des codifications et des astuces marketing (« œufs frais », « œufs fermiers », etc.) qui mettent en valeur des œufs pourtant issus de l'élevage intensif en cages. Semblant effectivement surpris par certains emballages, il s'est engagé à transmettre nos revendications à sa hiérarchie.

Pour la couverture médiatique, de bon matin nous avons accordé une interview téléphonique à Chérie FM. Puis nous avons eu la visite de France 3 régional et de la télé locale TV7. En fin d'action, c'est une journaliste du quotidien Sud-Ouest qui est venue à notre rencontre.

Avant-dernière étape de notre tournée demain à Limoges.


Escale dans la ville rose

  • Article du Mardi 1 février 2011

partager cet article du blog de L214

Toulouse le 1 février 2011

C'est par un froid mordant que nous avons fait signer plus de 300 cartes à Toulouse. Une dizaine de militants très actifs, du collectif local Animal Amnistie, sont venus nous prêter main forte et nous apporter un peu de chaleur humaine. Très bon accueil des Toulousains. À noter que plusieurs personnes sont venues nous témoigner leur sympathie en expliquant nous avoir vu dans les médias et avoir changé leur comportement d'achat d'œufs suite à cela !

Un peu plus tard le supermarché Casino, informé de notre venue, nous a réservé un accueil quelque peu surréaliste : une bonne dizaine de vigiles et un huissier pour faire un constat de cette rencontre. Tout s'est très bien déroulé et nous avons pu visiter le rayon des œufs en présence des journalistes de 20 minutes et de France Bleu Toulouse.

Nous avons aussi répondu aujourd'hui aux sollicitations de Toulouse Info, TLT (télévision locale) et la Dépêche.

La suite de nos aventures sur la côte océanique demain, à Bordeaux.


La poule accueillie en Hérault

  • Article du Lundi 31 janvier 2011

partager cet article du blog de L214

Montpellier – 31 janvier 2011

Après les 1500 cartes postales signées la semaine dernière dans les cinq villes du Sud-Est où nous nous sommes arrêtées, c'est à Montpellier que nous poursuivons cette tournée. Grâce à l'aide des 5 membres du Collectif de libération animale de Montpellier (CLAM) qui nous ont rejoint, nous avons fait signer aujourd'hui plus de 250 cartes postales pétitions en deux heures et demi environ. Encore une fois, de nombreux médias étaient présents au rendez-vous : France 3 Régional, France Bleu Hérault, Midi Libre, La Marseillaise, Direct Montpellier et La Gazette.

À 15h, accompagnés de quelques journalistes, nous avons pu rencontrer la responsable du magasin Intermarché que nous avions choisi aujourd'hui. Après que nous lui ayons remis les cartes postales ainsi que notre documentation, celle-ci a écouté attentivement nos revendications et avoué ne pas connaître la codification des œufs proposés à la vente. Nous avons constaté sur place que les œufs en vrac disponibles dans ce magasin, habituellement issus d'élevages en plein air, étaient des œufs de poules en cages. La responsable du magasin s'est engagée à évoquer cette question avec son fournisseur.

Prochaine étape : Toulouse !


Fin de semaine intense à Marseille

  • Article du Dimanche 30 janvier 2011

partager cet article du blog de L214

Marseille – 28 janvier 2011

C'est avec un beau soleil et dans un élan positif que la première semaine de campagne se termine à Marseille.

Jusqu'à 10 militants et un peu plus de 200 cartes signées. Début de la matinée sur le Vieux Port et ensuite à l'entrée de la rue Saint-Ferréol sur la Canebière. Des personnes sont venues nous prêter main forte suite aux différentes informations diffusées dans les médias pour annoncer la campagne. Accueil toujours aussi sympathique du public vis-à-vis de cette campagne. L'information que nous donnons sur le sens des codes inscrits sur les œufs est très appréciée… et beaucoup de personnes demandent notre tract pour ne pas oublier.

De nombreux médias ont fait le déplacement : France 3 Méditerranée, France Bleu, France Info Marseille, Sud Radio, la Provence, la Marseillaise… et Radio Galère qui va réaliser une émission sur le sujet prochainement avec des personnes sur place à Marseille.

Lors de notre arrivée au Lafayette Gourmet à 15h, les journalistes et photographes de Sud Radio et la Provence nous attendaient. Pas de responsable pour nous recevoir sur place malgré notre courrier pour les informer de notre venue. Du coup, nous sommes allés visiter le rayon des œufs en compagnie des journalistes très contents de pouvoir interviewer des clients et prendre des photos avec notre poule de compétition. Nous avons ensuite quitté les lieux sur demande du vigile, sans oublier de remettre nos cartes et d'exposer à la personne présente à l'accueil les raisons de notre présence.

Notre poule se repose ce week-end pour attaquer de plus belle lundi par Montpellier avant d'aller visiter le Sud Ouest.


Cot Cot Côte d'Azur…

  • Article du Jeudi 27 janvier 2011

partager cet article du blog de L214

Nice – 27 janvier 2011

Trois militantes nous ont rejoints aujourd'hui place Masséna pour faire signer les cartes postales de notre campagne contre l'élevage de poules en cage. Nous avons particulièrement apprécié leur aide, d'autant plus qu'il s'agissait d'une première pour l'une d'entre elles.

Malgré l'intervention de la police municipale, qui nous a demandé de ne pas déployer notre banderole et nos cartes postales géantes comme nous l'avions fait dans les villes précédentes, nous avons pu récolter environ 170 signatures en un peu moins de 3 heures.

Nous avons accordé deux interviews : une à Nice Matin (un article devrait paraître dans le journal) et une à France Bleu Azur (le sujet, très positif, a été diffusé aujourd'hui à 19h dans le journal de la station).

Comme prévu, nous sommes allés à 15h au magasin Casino, rue Deudon. Nous avons rencontré une des responsables, à qui nous avons exposé notre démarche et remis les cartes postales signées.

Dernière étape de la semaine demain sur le vieux port à Marseille !


Festival de signatures à Avignon !

  • Article du Jeudi 27 janvier 2011

partager cet article du blog de L214

Avignon – 26 janvier 2011

Par une belle journée ensoleillée, nous étions 6 aujourd'hui à récolter, dès 11h, les signatures des nombreux avignonais circulant place de l'horloge. Nous avons même eu l'agréable surprise de recevoir l'aide spontanée et efficace d'une passante qui a souhaité, elle aussi, participer à notre action.

Comme lors des deux premières étapes de notre tournée, les personnes avec qui nous avons discuté étaient très réceptives à notre message, ce qui nous a permis de faire signer près de 400 cartes postales en moins de trois heures.

Nous avons aussi répondu aux questions de journalistes de La Provence, Vaucluse Matin et France Bleue Vaucluse, qui nous l'espérons donneront un plus large écho à notre campagne.

A 15h, nous avons été reçu par le responsable du magasin Leclerc, à qui nous avons remis les cartes postales ainsi qu'une documentation sur les poules pondeuses. Nous avons pu discuter de l'offre particulièrement conséquente d'œufs de poules élevées en cage disponible dans ce magasin et exposer les raisons qui nous laissent penser que les magasins Leclerc, comme ceux des autres chaines de distribution françaises, doivent cesser de proposer ces produits à leurs clients.

Demain, c'est aux niçois que nous donnons rendez-vous pour la quatrième étape de notre tournée !


Accueil chaleureux à Grenoble

  • Article du Mardi 25 janvier 2011

partager cet article du blog de L214

Grenoble – 25 janvier 2011

170 cartes ont été signées en un peu plus de deux heures grâce à la motivation de notre équipe de 6 personnes. Cette action a permis la rencontre de plusieurs grenoblois(e) maintenant déterminés à fonder un collectif local. Un correspondant du Dauphiné est venu nous interviewer et prendre quelques photos.

Très bon contact avec le responsable de l'Intermarché à qui nous sommes allés remettre les cartes signées. Il nous a écouté exposer nos arguments et nous a assuré de ses meilleures dispositions à aller dans notre sens. Un échange très instructif de 45 minutes s'est engagé, en compagnie d'un journaliste de France Bleue Isère. A la demande du responsable du magasin, nous avons laissé sur place le matériel de la campagne (carte géante, cartes postales à faire signer) pour qu'il puisse réaliser des campagnes de sensibilisation au sein de son supermarché.

Le journaliste de France Bleue a également réalisé une interview d'un client enthousiasmé par notre démarche.

A demain sur le pont d'Avignon !


Début de tournée sur les chapeaux de roues à Lyon

  • Article du Lundi 24 janvier 2011

partager cet article du blog de L214

Nous étions une douzaine en cette très fraîche matinée pour faire signer les cartes pétitions. Environ 500 ont été collectées en quelques heures. Les gens étaient très réceptifs, souhaitaient participer.

A 15h, nous nous sommes rendus au Carrefour de la Part-Dieu où nous avons été reçus par le directeur de la sécurité puisque le directeur du centre était en congé.

Nous lui avons exposé les conditions de vie des poules pondeuses, les engagements des enseignes à l'étranger, le changement de cages en 2012.

Il nous a rappelé que Carrefour Lyon ne pouvait s'engager, que c'était à la direction nationale de prendre cette décision. Bien conscients de cette situation, nous l'avons incité à faire remonter à sa direction : nous avions procédé de même avec la chaîne d'hôtel Novotel, avec succès. Il nous a promis de transmettre au directeur du magasin et de faire suivre à la direction nationale.

Merci beaucoup aux personnes qui sont venues nous prêter main forte et aux associations Dignité Animale et Respect Animal.

tour poules pondeuses lyontour poules pondeuses lyon