Bannière Incendies en élevage : quand la société n’y voit que du feu

partager cet article du blog de L214

En 2017, il y a eu des événements marquants et parfois une actualité qui a marqué l’Histoire. Et puis, il y a eu des tas de “faits divers”. Comme ces milliers d’animaux victimes d’incendies dans des élevages.

Et en France, en 2017, ce sont plus de deux cent mille animaux d’élevage qui ont péri dans des incendies en France - un chiffre sans doute largement inférieur à la réalité, de nombreux cas n’ayant probablement pas été relayés par la presse. D’accord, il s’agit d’accidents, mais d’accidents révélateurs d’un manque flagrant de sécurité. Et en fait, ils sont surtout révélateurs du fait que la vie des animaux n’a pas vraiment d’importance. Pour s’en rendre compte, il suffit de lire les articles de journaux qui relatent ces incendies. Leur ton invariablement laconique, dépourvu de toute émotion, reflète bien la façon dont on considère les bêtes.

En 2017, 52 élevages ont brûlé, soit un incendie tous les 7 jours. Au moins 151 430 poules, poulets et poussins, 22 000 canards, 41 500 pintades et pintadeaux, 6 590 truies, cochons et porcelets, 449 vaches, veaux et génisses, 797 brebis, béliers et agnelles et 1 621 chèvres sont morts brûlés vifs ou asphyxiés. Un élevage en flammes a vite fait de piéger un grand nombre d’animaux à la fois, vu comment ils sont entassés dans les bâtiments par centaines, milliers, voire centaines de milliers pour les oiseaux. Comment secourir mille chèvres enfermées dans un seul bâtiment ?

Ces animaux ont dû ressentir la terreur absolue d’être piégés dans les flammes, puis la souffrance atroce d’être asphyxiés ou brûlés vifs. Ils ont dû hurler, se débattre, se jeter contre les barreaux ou les uns sur les autres, lutter de toutes leurs forces dans un combat perdu d’avance. Pourtant, les journaux n’évoquent jamais cette souffrance.

Hangar calciné

En janvier 2017, alors que 1 400 poussins ont péri dans l'incendie d’un bâtiment agricole, le journaliste écrit même qu’il n'y a pas [eu] de blessé”. S’il est évidemment heureux qu’aucun être humain n’ait été blessé, l’existence des poussins est donc considérée comme nulle. Les journaux réduisent la mort des animaux à la perte financière que celle-ci représente pour l’éleveur :

- À l’intérieur de la première structure, totalement ravagée, 2 200 porcelets, élevés sur caillebotis, sont morts brûlés. (...) Dedans, 220 truies périssent. Des bureaux administratifs sont aussi détruits (janvier 2017).

- On ignore encore l’origine du sinistre, mais les conséquences sont déjà là pour l’éleveur : pas moins de 4 400 poussins ont brûlé avec le bâtiment (mars 2017).

- Dans ce bâtiment en bois, les 2 500 poulets et poules pondeuses, partis en fumée, étaient destinés à être vendus vivants sur les marchés (avril 2017).

- Ce sont 1 000 porcs qui ont été tués dans cet incendie. Une catastrophe pour l’éleveur (juillet 2017).

- Les dégâts sont particulièrement lourds pour l’exploitant agricole, qui n’était pas présent au moment des faits : un tunnel qui abritait 220 brebis et 120 agneaux ainsi qu'un chien et un chat a été entièrement ravagé par les flammes (novembre 2017).

- Le feu est d'origine électrique. Il a pris ce matin, vers 5 heures et demi, dans ce hangar de 550m² et a brûlé les 6 000 canards qui y vivaient. Selon les pompiers de Vendée, c'est un phénomène qui arrive régulièrement en période de froid (décembre 2017).

Au total, ce sont au moins 224 387 animaux qui sont morts ainsi en 2017. Asphyxiés. Brûlés vifs. Carbonisés. Un chiffre énorme, vertigineux, qui reste pourtant de l’ordre du fait divers puisque les animaux ne comptent pas plus que des ballots de paille.

Mais tous ces animaux ne représentent jamais qu’à peine 13 % des 3 millions d’animaux terrestres tués chaque jour en France dans les abattoirs. Car tous étaient condamnés à mourir à brève échéance. Une infime partie d’entre eux est morte accidentellement lorsque l’élevage a brûlé, alors que tous les autres allaient continuer à être exploités avant d’être tués à l’abattoir. Le ton employé par les journalistes n’a finalement rien de surprenant. Les animaux d’élevage ne sont que des marchandises, et on se désole pour la perte subie par leur propriétaire. Leur destruction est regrettable comme l’est celle des bâtiments, machines agricoles et sacs de rations qui sont partis en fumée avec eux. Des biens perdus, c’est toujours dommage.