Poules pondeuses

A Paris, au carrefour de la campagne !

Le passage de la campagne 'poules pondeuses' à Paris aura été une étape particulièrement importante.



Jeudi matin, plus d'une quinzaine de militants se sont succédés pour faire signer les cartes-pétitions devant le centre commercial Italie V2. Ce sont ainsi presque 600 cartes qui ont été collectées en quelques heures. Il est plus difficile d'approcher le public pressé et souvent très sollicité dans les rues de Paris que dans les autres villes de France, il est donc remarquable d'avoir pu amasser un si grand nombre de cartes en peu de temps. Mille mercis à toutes celles et tous ceux qui ont rendu possible cette belle performance.



France 3 Île-de-France et Neoplanète sont venus immortaliser ce passage.



Une délégation de L214 a été ensuite été reçue par le directeur du Carrefour du centre commercial. Un argumentaire avait été préparé par le siège de Carrefour, argumentaire auquel nous avons pris le temps de répondre, point par point.



Le lendemain, nous avions prévu d'aller directement devant le siège de la chaîne de distribution à Boulogne-Billancourt pour informer et sensibiliser les employés travaillant auprès de la direction. L'annonce de cette opération a vraisemblablement précipité les choses puisque nous avons été contactés pour venir rencontrer le directeur qualité du groupe Carrefour ainsi que la personne en charge du dossier « bien-être animal » sur les filières qualité de l'enseigne !

Nous avons maintenu l'opération devant le siège de Carrefour et une délégation de L214 a donc parallèlement été reçue par les personnes annoncées. Ce premier contact a été très instructif et devrait conduire à l'avenir à un échange que nous espérons fructueux. L'équipe présente devant le siège a pu se rendre visible auprès des personnes de la direction, et du directeur général du Groupe Carrefour en personne.


À ce jour, Carrefour France (contrairement à ce qui s'est déjà passé pour Carrefour Belgique), n'a pas pour objectif de retirer les œufs de batterie de ses rayons, pas même les œufs vendus sous sa marque. Pouvoir d'achat et choix du consommateur sont les arguments essentiels mis en avant, deux point que nous avons absolument contestés. Nous espérons que la question du retrait des œufs de batterie sera sérieusement reconsidérée par l'enseigne.


À nous de faire comprendre à Carrefour, et aux autres enseignes, que l'abandon de l'élevage en batterie des poules pondeuses est inéluctable et que, plus tôt elles prendront une décision pour anticiper cette évolution, moins elles perdront de plumes sur leur image de marque...


La campagne 'poules pondeuses' de L214 est à un tournant. Nous allons dresser le bilan de cette première phase et déterminer les prochaines étapes. Nous n'arrêterons pas avant d'avoir eu gain de cause.


Nous comptons sur vous pour qu'ensemble nous puissions enfin obtenir, en France aussi, de belles victoires pour les animaux.






Dernière étape avant Paris

C'est place René Goblet à Amiens que nous avions rendez-vous aujourd'hui, avant de clôturer à Paris ce premier semestre de campagne au sujet des poules pondeuses. Nous avions cette fois-ci sollicité l'autorisation de la mairie pour installer une tonnelle, une table d'information et des banderoles.

Avec l'aide précieuse d'un militant courageux (pour être resté déguisé en poule plusieurs heures enfermé au soleil dans une cage) et d'une militante particulièrement efficace (plus de 100 signatures récoltées toute seule !), nous avions près de 250 cartes à remettre au magasin Carrefour que nous avions ciblé.

Nous avons pu nous rendre dans le rayon œuf accompagné par une équipe de France 3 Picardie qui nous suivait depuis le début de l'action et discuter longuement avec plusieurs responsables du magasin, qui se sont engagés à transmettre nos revendications à leur hiérarchie.

À noter qu'un article dans la presse écrite régionale devrait aussi faire état de notre étape à Amiens suite au passage d'un journaliste du Courrier Picard.

Etape clef au siège d'Auchan à Lille

Malgré une météo annoncée pluvieuse, Lille nous a réservé un accueil bien au sec et une belle moisson de signatures avec plus de 450 cartes récoltées dans la matinée, à ajouter aux 150 déjà signées lors d'une opération précédente de l'association VegNord. Nous étions jusqu'à 8 personnes pour informer les passants sur les conditions d'élevage des poules pondeuses et animer cette action avec notre déguisement de poule et nos nouvelles body TV, nous permettant de diffuser des images en direct sur une télévision aux passants.


Le journal Nord Eclair s'est déplacé pour venir nous rencontrer. Lire l'article Les poules pondeuses « méritent aussi qu'on s'intéresse à leur sort ».



Nous sommes ensuite allés remettre nos cartes au siège de Auchan à Villeneuve d'Ascq. Sans rendez-vous (malgré plusieurs relances) nous avons obtenu une courte entrevue avec la personne responsable des achats crèmerie pour la France. Nous lui avons remis nos cartes et avons exposé nos revendications. Un premier pas qui va nous amener à rencontrer d'autres responsables des sièges des grandes surfaces françaises pour faire le point sur ces 6 premiers mois de campagne poules pondeuses.



Merci une nouvelle fois aux militants locaux qui nous ont aidés lors de cette date.




Belle rincée dans la ville de Reims

Première date de la tournée poules pondeuses dans le nord de la France, Reims nous a réservé une accalmie suffisante pour faire signer un peu plus de 150 cartes avant de devoir remballer en catastrophe sous une pluie battante un peu avant 14h. Cette semaine, la tournée passera également par Lille, Amiens et Paris.



De nombreux médias ont fait le déplacement. La locale de France 3 qui a organisé son journal autour de notre action, France Bleu, l'Union et L'hebdomadaire du vendredi. Le journaliste de France 3 s'est pris au jeu en entrant dans notre nouvelle cage pour aller interviewer la poule.



Nous sommes ensuite allés remettre les cartes dans un Leclerc. Après un accueil assez froid, un représentant de L214 a pu entrer et aller s'entretenir avec le directeur de l'hypermarché qui a écouté avec attention les arguments exposés. Aucune promesse d'engagement pour le moment mais une intervention qui ne sera pas passée inaperçue et qui sera sûrement une occasion de plus pour la direction de comprendre que la question animale doit être prise en compte dans les choix commerciaux d'une enseigne.



Merci aux militantes qui sont venues prêtées main forte à l'équipe de tournée. Sans relais locaux, pas de tour possible !





Passage du tour à Metz

Nous étions 6 à sensibiliser les passants au sort des poules pondeuses en plein centre ville de Metz. Yvonne, Marjorie, Christelle, Nelly et Virginie formaient une équipe dynamique, motivée à faire parler des animaux.

Aujourd'hui, l'étape s'est déroulée sous un soleil pétant : de quoi souligner qu'on avait la chance de se balader au soleil tandis que les poules pondeuses maintenues dans les cages n'auraient jamais cette occasion. L'accueil des messin(ne)s a été chaleureux, les questions intéressées et nous avons eu de nombreux encouragements à continuer.

Quelques heures plus tard, les 250 cartes signées ont été remises à la direction du magasin Cora de Moulins les Metz. Nous sommes allées aux rayons oeufs, avons discuté de la question des prix, disponibilité des produits mais surtout des conditions de vie des poules pondeuses et des autres animaux élevés à des fins alimentaires.

Pendant ce temps des personnes continuaient de signer !

Les médias n'ont pas été en reste et c'est ainsi que Mirabelle TV, France 3, le Républicain Lorrain et France Bleu Lorraine Nord ont suivi cette action.

Action pour les poules pondeuses à Metz

Action pour les poules pondeuses à Metz

Action pour les poules pondeuses à Metz

20ème ville traversée par la tournée : Strasbourg

Grâce à l'aide de plusieurs membres de l'association Animalsace, nous avons fait signer à Strasbourg, rue des Grandes Arcades, plus de 300 cartes demandant le retrait des œufs code 3 des grandes surfaces, auxquelles sont venues s'ajouter environ 250 signatures récoltées au même endroit quelques jours plus tôt.

C'est donc les voix de plus de 550 consommateurs que nous avons portées au directeur du magasin Auchan Hautepierre, qui nous a fait part, au cours d'un long entretien, de quelques démarches déjà engagées par la chaine afin d'envisager la fin de la commercialisation de ces œufs.

Une fois de plus notre journée d'action a été suivie par France 3 et les Dernières nouvelles d'Alsace.

Retrouvez-nous à présent, pour cette tournée dans l'Est, à Metz mardi 10 mai et Nancy le 31 mai !

Record absolu de signatures à Mulhouse

Nouveau record de cartes signées lors de notre passage à Mulhouse. 500 cartes ont été récoltées en 3 heures de temps dans le centre de la ville grace à une équipe de militants motivés qui a compté jusqu'à 12 personnes au total. Une collecte précédente a permis d'amasser au total plus de 750 cartes, une jolie pile !



Les médias ont été au rendez-vous avec France3 Mulhouse, radio Nostalgie, Les Dernières Nouvelles d'Alsace et le journal L'Alsace qui est venu nous retrouver ensuite au supermarché pour la remise des cartes, tout comme le représentant du site local mon mulhouse bio.



Refus catégorique de la part de la sécurité du magasin de nous laisser rentrer dans le magasin Super U que nous avions pourtant avertis à l'avance et par courrier de notre passage, cela malgré la présence de journalistes. Après discussion nous avons pu entrer avec un journaliste pour aller voir le rayon des œufs sans aucun responsable pour nous accueillir et nous accompagner. Comme à chaque fois, nous avons constaté un certain flou dans la présentation du rayon et nous avons également trouvé des œufs code 3 plus chers que les œufs de plein air en conditionnement de boîtes par 6.